L’histoire


Les origines de la valses ne sont pas si simple à cerner que l'on pourrait le croire. Cette danse très ancienne puise en effet ces origines dans de nombreux pays.
Etymologiquement déjà on peut lui trouver deux racines :
  • l'allemand Waltz : de waltzen tourner
  • l'italien Volta : de volver tourner

Quoiqu'il en soit la notion de tour est bien présente.
On peut ainsi retrouver des ancêtres de la valse en Italie (Volta), Allemagne (Allemande) ou Pologne (Polonaise). Il semble cependant que la valse telle qu'on la connaît ait vu le jour en Autriche et en Bavière sous les noms de Dreher ou Laender.
Il s'agissait au départ d'une danse festive paysanne dont les sauts, voltiges et accidents étaient fréquents. La valse fera son entrée à la cours des Hasbourg d'Autriche aux 17e siècle siècle. Elle va alors connaître diverses variations pour s'adapter aux salles de balles. Les sauts vont disparaître et la position fermée du couple, avec la danse emboîtée dans les bras du danseur voit le jour.
On la dépeindra aussitôt comme la "danse interdite". En effet jusqu'alors les danses étaient essentiellement en ligne et le contact entre l'homme et la femme très réduit. La proximité et l'intimité du couple introduite par la valse est présenté comme une posture obscène et malsaine. Le clergé ne tardera pas à se positionner contre la valse. Heureusement les curés d'Autriche furent un peu plus tolérant et ne s'opposèrent pas à cette simple "manifestation festive".
La valse va connaître un nouvel essor au temps de Napoléon. Tout d'abord après Austerlitz (1806) des français s'installent à Vienne. L'un deux Pierre Meunier y fondent une salle le Bal du Nouveau Monde. Il amène dans ses bagages le parquet qui révolutionnera la danse. Sur ce nouveau revêtement la valse abandonnera sa démarche sautillante hérité de son passé paysan, et évoluera vers des pas glissés.
Quelques années plus tard, après Wagram Napoléon est de retour à Vienne. S'il n'est pas réputé bon danseur, il n'en était pas moins un amateur de valse. Il favorisera ce nouvelle art et contribuera à l'apporter en France. Durant les dernières années du règne de Napoléon, Paris sera la capitale de la valse en Europe.
Après la chute de l'Empire Vienne redeviendra le centre mondiale de la valse, et la musique connaîtra ses plus grandes heures sous les notes des Strauss et de leurs contemporains.
Il faudra attendre longtemps avant que la valse ne s'implante outre-manche. Si elle fait sa première apparition dans un bal princier en 1819, elle est très loin d'être acceptée par l'Eglise. Il semble cependant que la reine Victoria était elle aussi une grande amatrice de valse.
A la fin du XIXe siècle la valse continue d'évoluer et donne naissance à une nouvelle danse : le Boston. Cette lente marche à trois temps ne survivra pas à la première guerre mondiale, mais inspirera la valse anglaise qui elle existe toujours.
Après avoir conquis les milieux de la haute société au XIXe siècle, la danse retrouvera aussi des lettres de noblesses dans les bals populaires du XXe siècle et les guinguettes françaises. C'est le temps de la valse musette et de la java.

http://hdl.loc.gov/loc.pnp/ppmsca.05949

Les styles de valse


Toutes les valses ont en commun la même base rythmique à 3 temps. Sur chaque mesure de 3 temps, le couple effectue un demi-tour.

La valse (moderne)


C'est la variante couramment pratiquée dans les bals. Le couple tourne sans s'arrêter sur les trois temps. Cette variante s'adapte à une grande variété de tempo et de style.

La valse musette


C'est la variante par excellence des guinguettes. Le travail technique est le même que pour la valse standard. Mais le partenaire se tiennent plus proches et les déplacements sont beaucoup plus petits, presque sur place.
Elle se pratique sur des tempos plutôt rapide.

La java


Variante sautillée de la valse musette, elle est souvent l'icône des guinguettes. Les musiques de java sont des musiques hybrides à deux et trois temps qui permettent des variantes et un style qu'on ne retrouve pas dans les autres valses.

La valse de compétition


C'est souvent celle qui est enseignée. Le mouvement de tour est arrêtée artificiellement sur le troisième temps. C'est une valse qui se déplacent énormément et se pratique sur des tempos rapide.

La valse anglaise ou valse lente


C'est une danse à part entière. Le déplacement ne s'effectue plus en ligne droite mais en zigzags avec de nombreuses élévations. Le couple peut passer de la position fermée habituelle à des positions promenades, déboîtées,... qu'ont ne retrouvent pas dans les autres valses.

Exemples musicaux


Une valse classique Midnight Waltz (Amilcare Ponchielli 1834–1886)
Un grand standard un peu plus musette :
Si tu n’étais pas là de Fréhel
Un peu plus moderne :
le ciel s’embernaude de Sylvain Piron
Une java :
Mascotte java de Guy Gaudin
Une petite valse lente :
Wonderful One de Glenn Miller